Éducation à la Philosophie et à la Citoyenneté (EPC)

EPC et ens. catholique : une approche transversale

L’intégration au sein des différentes disciplines

Le choix de l’enseignement catholique est de dispenser l’EPC en l’articulant le plus souvent possible avec l’enseignement des disciplines : Français, Sciences, Sciences Humaines, Religion, Éducation Culturelle et Artistique… Ce choix est dicté par l’évidence pédagogique de la transversalité entre les compétences d’Éducation à la Philosophie et à la Citoyenneté et l’approche disciplinaire.
Les compétences de l’Éducation à la Philosophie et à la Citoyenneté peuvent être travaillées au sein même des activités disciplinaires en faisant simplement « un pas plus loin ». Il s’agit de développer le questionnement* philosophique et les compétences citoyennes pendant et/ou après l’activité (ex. : en Français, à la suite de la découverte d’un album sur la jalousie, organiser une discussion sur cette thématique permet de travailler la compétence [1.3] « Prendre position de manière argumentée »).
Les disciplines constituent une base pour l’Éducation à la Philosophie et à la Citoyenneté qui, en retour, permet de les enrichir par la démarche qu’elle propose.

 

L’ouverture aux opportunités et à l’actualité

À l’école primaire, les apprentissages sont souvent alimentés par le questionnement et le débat autour d’évènements marquants de l’actualité ou de la vie quotidienne. Les discussions peuvent être organisées pour gérer des conflits, échanger à propos d’un décès, d’une naissance, de l’arrivée d’un nouvel élève, d’un changement de titulaire… Ces échanges s’effectuent tout au long de la journée et de la semaine, en saisissant certaines opportunités au moment où elles se présentent.

 

L’intégration à la vie de la classe

L’EPC est donnée par le titulaire de classe, qui est en première ligne pour la construire avec ses élèves, à travers le contact journalier qu’il entretient avec eux. Elle s’inscrit donc aussi dans un grand nombre de moments de la vie de la classe : l’apprentissage de la vie en collectivité, la découverte des autres, la création et l’application des règles de vie, le conseil de classe, l’élection du délégué de classe… Certains sujets de discussion émergent aussi à la suite de projets choisis par les élèves, d’une visite dans un lieu (musée, lieu culturel…) ou d’une rencontre avec un intervenant extérieur (parent invité en classe, animateur, pompier, policier, comédien…).

 

L’EPC à l’école maternelle

À l’école maternelle, la connaissance de soi et l’ouverture à l’autre constituent les enjeux majeurs. L’élève apprend à « se vivre comme un parmi d’autres ». L’enfant passe d’une relation individualisée et privilégiée, au sein de sa famille ou d’un groupe d’enfants à la crèche, à une relation polyculturelle. Il est projeté dans la vie en collectivité et la socialisation débute notamment par la prise de conscience que les autres peuvent penser différemment dans le même contexte. L’élève prend la parole devant ses pairs, écoute les propos des autres avec respect et attention, participe aux échanges.
Un enfant qui parle en « je » indique qu’il a acquis une conscience identitaire. L’école maternelle construit la notion d’appartenance au groupe classe. L’enseignant s’adresse à ce groupe classe en utilisant « vous » ou « les enfants » et chaque élève apprend qu’il est membre de cette collectivité. L’enseignant a le souci de guider les activités de manière à ce que chacun puisse élargir sa propre manière e voir et de penser.

Il est important d’outiller l’enfant pour qu’il évolue dans le nouvel univers scolaire avec sérénité. Il est essentiel, d’une part, de lui expliquer, dès son entrée à l’école, ce qu’est l’école, ce qui s’y vit, ce qui s’y apprend et, d’autre part, de l’accompagner dans l’acquisition de son métier d’élève. » (Référentiel des Compétences Initiales, FWB, p. 83)

Identification de points d’appuis dans les disciplines

Dans les programmes, afin de faciliter et d’illustrer l’articulation entre l’EPC et le travail des différentes disciplines, des points d’appuis possibles sont identifiés pour chacune des compétences du programme.
À partir d’une activité en français, en éducation culturelle et artistique, en formation scientifique, en formation humaine et sociale et en religion, ces points d’appuis servent de « tremplin » pour faire « un petit pas supplémentaire » et prolonger l’activité en abordant l’apprentissage d’EPC en lien.
Ces points d’appuis possibles sont présentés sous forme de schémas dans le programme d’EPC et listés dans un cadre en bas de page de gauche dans les programmes des disciplines concernées. Ils sont facilement repérables au moyen du pictogramme EPC.

Pour aller plus loin

Différentes balises, pistes et indications méthodologiques sont proposées dans le programme.
Pour télécharger le document via l’Extranet du Segec :